Le secteur de l’Assurance ne fait et ne fera pas exception : à l’instar de nombreuses industries et métiers, les assurances se voient obligés de s’adapter à l’irruption des nouvelles technologies et de la transformation digitale.

En quoi consiste ce bouleversement ?

Voici un tour d’horizon du marché marocain qui vous explique pourquoi et comment les entreprises d’assurance se doivent d’accompagner la mutation digitale.

LE RETARD DES ASSUREURS

C’est un fait. Le secteur des assurances enregistre un réel retard au niveau du canal digital.
Longtemps plébiscités comme supports de communication, la télévision, l’affichage publicitaire et la vente directe font désormais pâle figure. Les marocains consomment moins les canaux classiques, cette tendance étant particulièrement marquée au niveau des moins de 30 ans (en d’autres termes, la nouvelle génération de clients).

Tout d’abord, penchons-nous sur les chiffres. Les chiffres ne mentent pas, et dressent une réalité à prendre désormais en compte lors de l’établissement d’une stratégie commerciale.
Les requêtes de recherche sur Google en rapport avec le secteur de l’assurance au Maroc sont en forte augmentation, 78% des internautes marocains (17,8 millions) ne trouvent pas assez de contenu utile sur les sites marocains et préfèrent aller rabioter ailleurs sur des sites étrangers.
Plus de 6 millions d’individus passent entre 1 et 4 heures par jours connectés à Internet.
Le marché marocain compte 14,7 millions de smartphones en circulation, soit à peu-près 1,08 smartphones / individu équipé.
59% des possesseurs de smartphone disposent d’une connexion internet, soit pratiquement 8 millions d’individus entre 12 et 65 ans connectés à tout moment et en tous lieux…
Que pouvons-nous conclure de ces chiffres ?
C’est assez simple en vérité : le marché est en pleine mutation et le consommateur de plus en plus connecté. Les entreprises d’assurance ne doivent plus occulter ces données lors de l’établissement des stratégies de vente et de communication.

L’ÉVOLUTION S’IMPOSE

Tous les acteurs n’ont pas encore franchi le cap de la transformation digitale: la plupart des décideurs en assurance estiment que leur entreprise n’est pas assez mature pour le digital. D’autres ne sont tout simplement pas convaincus par la rentabilité et l’importance de ce canal.

La conduite du changement a toujours représenté une problématique épineuse dans le monde de l’entreprise. Un constat d’autant plus facilement soulevé lorsqu’il s’agit d’une industrie aussi « lourde » que les assurances. Néanmoins, le marché marocain évolue, le citoyen s’éduque, les modes de consommation changent… L’entreprise, à fortiori celle qui vend un service populaire comme l’assurance, se retrouve obligée de s’adapter. Cette notion d’ « obligation » déplait. Cependant, elle n’est pas systématiquement synonyme de contraintes et d’inconvénients. Au contraire, la transformation digitale peut être bénéfique, voire salvatrice pour les acteurs de l’assurance.

Comme toute transition généralisée à l’échelle d’une industrie, il s’agit de s’adapter ou de mourir. Il faut comprendre la nécessité absolue de modifier l’approche commerciale pour rester cohérent avec les nouvelles approches de consommation. Tout bouleversement crée des opportunités et des clivages. Il s’agit pour le décideur averti de ne pas se faire surprendre, sous peine de fâcheuses conséquences sur le moyen et long terme.

Comment s’adapter ?

Longtemps récalcitrant, le secteur de l’assurance au Maroc tente désormais de rattraper son retard sur le Digital, canal devenu crucial pour fidéliser sa clientèle, capter davantage de croissance et appréhender une clientèle de plus en plus connectée. Quelles sont les moyens concrets qui s’offrent à l’assureur pour accompagner l’évolution du marché ?

La digitalisation des services ne se résume plus à afficher ses produits et services sur Internet. Désormais, la première étape est l’élaboration d’une stratégie digitale.

Comme toute stratégie, elle consistera à définir des objectifs et les moyens mis en œuvre pour atteindre lesdits objectifs. Ces derniers peuvent être nombreux et variés : veille sectorielle et concurrentielle, établir le profil-type des prospects, déterminer une cible, acquisition ou fidélisation de clients, établir les KPI (Key Performance Indicators) les plus pertinents…

Quant aux moyens mis en œuvres, il s’agit essentiellement là d’outils et non de finalités : le site web, l’app mobile ou encore la page Facebook doivent servir les objectifs déterminés au préalable.

Beaucoup d’éléments sont donc à étudier, et feront l’objet du deuxième article de ce dossier « spécial assurances ».

Cliquez ici pour accéder au deuxième article de ce Dossier Spécial Assurances & Digital

Notre agence WEBEUZ vous aide à mettre en place une stratégie digitale innovante et créative tout en l’adaptant à votre secteur d’activité. Depuis 2013, nous assistons de grandes marques ainsi que des groupes industriels importants à développer leur activité et à mesurer le retour sur investissement de leurs dispositifs de communication. A ce titre, nous nous tenons à votre entière disposition pour vous apporter notre expertise dans le domaine de la communication digitale.

Nous pourrons en un seul appel, voir dans quelle mesure nous pouvons vous aider

Parlons de vos challenges sur le Digital